Amoureux mais, pas pratiquant ?

Hits: 27

Parlons un peu d’amour ! Pas de l’amour mielleux de façade, pas de l’amour « Colgate » des fins de réunions d’Église, mais du cœur sincèrement aimant qui se manifeste concrètement comme la Bible l’enseigne !

ÊTES-VOUS UN « AIMANT, PRATIQUANT » OU UN « AIMANT, NON PRATIQUANT »?

Dire «Amen» et la mise en pratique

Je connais beaucoup de bonnes personnes qui ont entendu les messages sur la nécessité d’aimer son prochain, d’aimer ses frères et sœurs dans la foi, de refléter l’amour de Christ, qui ont dit « amen » à ces messages, parce que le principe est excellent. Mais la mise en pratique moins évidente.

On le chante, on l’écrit, on le prie, on en parle tellement qu’on a peut-être banalisé ce qu’il représente. On pense tout savoir sur le sujet, on est blasé : « Oui, oui, je sais, je sais ! Le chrétien doit aimer !… »

Aimer, on est tous d’accord, mais concrétiser notre amour est nettement plus compliqué. D’autant plus qu’une méfiance s’est installée dans certains milieux évangéliques : par peur de « tomber dans les œuvres » comme l’Église catholique, l’Armée du Salut, ou d’autres mouvements d’églises contemporains, on a parfois mis au second plan la bienfaisance.

Sans tomber dans la caricature, il ne faudrait pas vouloir être tellement « spirituels » au point de se méfier du « social ».

LA VRAIE QUESTION POUR NOTRE VIE CHRÉTIENNE EST LA SUIVANTE :

Peut-on vraiment prétendre aimer sans passer concrètement à l’action?

Voici Jésus dans la maison de Simon le Pharisien (Luc 7) : La femme pleure, mouille les pieds de Jésus avec ses larmes, les essuie avec ses cheveux et les oint de parfum.

Au verset 44, Jésus s’adresse à Simon et lui fait des reproches :

44 Puis, se tournant vers la femme, il dit à Simon : Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as point donné d’eau pour laver mes pieds; mais elle, elle les a mouillés de ses larmes, et les a essuyés avec ses cheveux. 45 Tu ne m’as point donné de baiser; mais elle, depuis que je suis entré, elle n’a point cessé de me baiser les pieds. Lire la suite

Jésus ne dit pas qu’elle a beaucoup montré son amour, mais qu’elle a beaucoup aimé. Ses gestes d’amour sont indissociables de l’amour qu’elle porte à Jésus.

On trouverait parfaitement absurde d’être assis à côté de quelqu’un et de ne lui adresser la parole qu’en pensée. À moins d’être « télépathe », comment prétendre parler à quelqu’un virtuellement ? De la même manière, il est impossible d’aimer uniquement en pensée.

L’AMOUR SELON DIEU SE DÉMONTRE, CE N’EST PAS UN CONCEPT VIRTUEL.

Le plus grand modèle d’amour est celui du Père céleste envers nous. Il ne s’est pas contenté de nous aimer « théoriquement », il a mis son amour en œuvre en donnant son Fils unique à la Croix pour nos péchés.

8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

Et Jean d’insister :

6 Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu.

Il remet même en question la foi de celui qui ne met pas son amour en action :

17 Si quelqu’un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui ?

METTRE SON AMOUR EN ACTION

Celui qui aime véritablement Dieu, est un ambassadeur de Christ, il tend la main concrètement au malheureux. Il prouve, par des gestes d’amour tangibles, que l’amour de Dieu demeure en lui.

L’amour n’est pas un concept théorique, c’est la nature même de Dieu qui doit se voir dans les gestes concrets de ses enfants envers leurs prochains.

Un cœur habité par la présence de Dieu va aimer comme son Père céleste a aimé, et cela dépasse quelques piécettes dans le bol d’un sans-abri ou un don à la Croix Rouge. Jésus nous encourage à avoir un cœur sincèrement à l’écoute des besoins et une main toujours tendue pour aider, en Son nom, celui qui souffre.

LE TÉMOIGNAGE DES CHRÉTIENS DE L’EGLISE PRIMITIVE

Les récits de l’histoire de l’église primitive nous montrent le comportement exemplaire des chrétiens dans les pires crises de la société de l’époque et la force de leur témoignage d’amour dans les catastrophes.

Jusqu’au IIIe siècle, on relève des témoignages poignants de l’amour des chrétiens envers les païens. Par exemple, lors de la terrible épidémie de peste à Carthage en 250 après J.-C., Origène nous rapporte que les païens terrifiés ont fui la ville en abandonnant leurs malades, alors que les chrétiens sont restés courageusement, et même, « ont soigné ces malheureux avec la même sollicitude que ceux de leur propre communion ». Leur témoignage a fait grand bruit dans leur génération et beaucoup se sont convertis.

PASSER À L’ACTION EN DEVENANT DES «AIMANTS PRATIQUANTS»

Si l’amour de Dieu demeure vraiment en nous, il est impossible d’être « Aimant, mais non pratiquant », alors décidons aujourd’hui de passer à l’action et de devenir des « Aimants pratiquants ».

Photo de Anne Bersot

PARTAGEZ POUR NOTRE SEIGNEUR SVP

Ads

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 698 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :